Dieudonné, condamné à plusieurs reprises pour ses propos négationnistes et antisémites – a vu sa page Facebook et son compte Instagram supprimés « de manière permanente », lundi 3 août. De plus, sa chaîne Youtube a été bloquée en juin dernier.

D’après le décompte établi de l’AFP ( l’Agence France-Presse), sa page Facebook était suivie par 1,3 million d’autres comptes Facebook. Quant à son compte Instagram, environ 36 000 autres comptes Instagram, selon les constatations du Monde.

« Haine organisée »

« Dieudonné M’Bala M’Bala a violé de manière répétée nos règles en matière de discours de haine, en publiant du contenu se moquant des victimes de la Shoah ou en employant des termes déshumanisants à l’encontre des juifs », a affirmé Facebook au Monde, lundi 3 août. Ainsi, ces suppressions de compte ne sont pas dues à des publications récentes, mais c’est l’ensemble de l’activité de Dieudonné sur les réseaux sociaux que l’entreprise a fini par juger contraire à ses conditions d’utilisation.

« Par son comportement, il n’a également pas respecté nos règles sur la haine organisée. En conséquence, en conformité avec notre politique sur les individus et les organismes dangereux, nous avons banni de manière permanente Dieudonné M’Bala M’Bala de Facebook et d’Instagram », précise Facebook.
Une suppression de comptes pour de tels motifs va conduire les équipes de Facebook à être, à l’avenir, particulièrement vigilantes en cas de tentative, de la part de Dieudonné ou de personnes le représentant, d’ouvrir de nouveaux comptes à son nom dans les environnements Facebook.

Dieudonné, il pompait l’air

« Le mur de la page Facebook de Dieudonné M’Bala M’Bala est enfin tombé. (…) L’air est plus respirable ce matin sur les réseaux sociaux. Un antisémite a cessé d’émettre ! », s’est félicitée la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) sur Facebook. Dans un communiqué, l’organisation affirme voir dans ces fermetures « une grande victoire et l’aboutissement d’un travail de longue haleine, que nos équipes et nos avocats ont mené, qui a enfin fini par payer ».
« Ses publications ont commis des dégâts considérables et irréparables parmi la jeunesse et elles ont participé, des années durant, à banaliser l’obsession des juifs et à redonner une seconde jeunesse au négationnisme de Robert Faurisson. Il était temps que le trouble cesse et nous sommes particulièrement fiers d’avoir activement participé à éteindre ce torrent de haine. »