Après près de trois années de contentieux devant la justice avec Laëticia Halliday.  Laura Smet et David Halliday obtiennent gain de cause pour leurs droits de succession.

Engagés dans une cavale judiciaire, depuis février 2018, sur fond de la contestation du testament laissé par leur père, Johnny Halliday, disparu en 2017, qui avait cédé sa fortune à son épouse Laëticia, en vertu de la législation américaine, Laura Smet et David Halliday, ont obtenu gain de cause à la faveur d’une décision du Tribunal de Nanterre qui a décidé que la loi française devait prévaloir sur la loi américaine invoquée par la dernière épouse de Johnny pour justifier la prise en main de sa fortune.

Le jugement s’est appuyé sur le fait que la célèbre icône de la chanson française résidait en France et qu’en l’occurrence la loi française avait la primauté partant du fait qu’elle assure les enfants contre la privation de leurs droits dans un testament (les déshériter).

Conséquence, tel qu’il croyait prendre s’est fait prendre, Laëticia s’est trouvée devant une situation qu’elle n’avait pas imaginée auparavant en faisant une OPA sur la fortune de Johnny dès sa mort excluant ainsi ses enfants aînés de leurs droits de succession. Elle devra ainsi partage avec Laura et David en plus, bien entendu, des filles adoptées par elle et son défunt mari, une fortune estimée à plus de 100 millions de dollars sans parler des droits des héritiers sur les œuvres de Johnny. Elle devra in fine se suffire seulement, façon de parler, de 25 % du pactole laissé par l’icône de la chanson française.

Cerise sur le gâteau pour Laura, son frère a décidé de lui céder sa part, ce qui fait d’elle la principale bénéficiaire de la fortune de son père.

S’avouant à coup sûr vaincue, Laëticia a mis « beaucoup » d’eau dans son vin en faisant part de sa disposition a tourner la page et à « trouver la paix » avec les aînés de Johnny Halliday.