Le prince William et David Beckham ont fait leurs retrouvailles en visioconférence. Face à son ami, l’ex-footballeur a longuement parlé de son rôle de papa et des moments les plus durs de sa carrière.

La campagne Heads-up

Quand il est question de paternité, Le prince William et David Beckham sont sur la même longueur d’ondes. Grâce à sa campagne Heads Up, où le football est utilisé pour banaliser la discussion sur la santé mentale, Le fils de Lady Dy a longuement discuté avec un groupe constitué de plusieurs personnalités du sport, dont David Beckham. Ainsi, la Fédération Anglaise de football en a profité pour annoncer que la santé mentale est désormais l’une de ses priorités. En effet, le duc de Cambridge a fièrement évoqué l’implication de la Fédération dans le but d’améliorer la stigmatisation mentale : « Nous avons réussi à convaincre toute la communauté du football de s’inscrire pour promouvoir et montrer à quel point la santé mentale est importante dans le football et donc, espérons-le, dans la société à travers les fans et des choses comme ça. »

Confidences en visioconférence

Très à l’aise avec son ami, Le Spice Boy s’est spontanément retrouvé à faire des confidences sur sa vie privée. En effet, Le papa de Brooklyn, Romeo, Cruz, Harper et Seven a expliqué qu’il appliquait les méthodes de la campagne avec ses propres enfants en leur apprenant à parler sans honte de leur santé mentale. « C’est vraiment important de dire si tu ne vas pas bien, car comme tu l’as dit cette fois plus que jamais, il y aura beaucoup de sportifs, beaucoup de footballeurs qui en ont eu quatre ou cinq mois de congé qui reviennent dans le jeu qui ont été anxieux pendant cette période, a annoncé l’ancien numéro 7 de Manchester United.
Nous savons tous maintenant que ce n’est pas grave de ne pas aller bien et c’est bien de le dire, c’est bien de sortir et de dire : ‘j’ai besoin d’aide’. »

 

Retour sur sa carrière de footballeur

Le prince William en a profité pour demander à son ami comment il avait vécu la période qui a suivi la Coupe du monde 1998, où il a pris un carton rouge. « Quand je regarde en arrière maintenant, je ne me suis pas rendu compte à quel point c’était difficile, mais je me souviens juste des moments où j’ai fait face à l’adversité tout au long de ma carrière, 98 a été de loin le plus difficile », a confié le nouveau propriétaire du club de Miami.

« J’ai fait une erreur et la réaction à l’époque a été assez brutale, s’est rappelé David Beckham. J’ai été constamment critiqué verbalement sur le terrain. Si les médias sociaux étaient là quand je traversais cette période en 98, ça aurait été une toute autre histoire. »
Fort heureusement, il n’était pas seul lors de cette épreuve et n’a pas manqué à le rappeler : « Mais j’ai eu de la chance. J’avais un système de soutien au sein de Manchester United et évidemment de ma famille, mais ai-je senti à l’époque qu’il était normal de demander à quelqu’un de l’aide ? Je dirais que non. Non, c’était une autre époque et je sentais juste que je devais tout garder et m’en occuper moi-même. »