Rien que ça. Le célèbre rappeur américain Kany West a annoncé sur son compte Twitter son intention de se présenter aux prochaines présidentielles américaines, en novembre 2020, en postulant à la magistrature suprême du pays face à des adversaires imbattables, Donald Trump et Joe Biden.

Cette annonce tonitruante aurait pu passer inaperçue si ce n’était la conjoncture actuelle par laquelle passe le pays de l’oncle Sam confronté à des lendemains désenchantants résultant de la pandémie de la Covid-19 et de ses effets désastreux sur l’économie américaine, et dans le contexte d’une vague fronde au sein de la population afro-américaine à la suite de la mort de Georges Floyd suite à des violences policières à Minneapolis, dans l’Etat du Minnesota.

Tout laisse penser que cet artiste qui s’est présenté dans un passé récent comme « le plus grand artiste de tous les temps » dans une interview à Radio Apple Music, le 26 octobre 2019, a tenté un coup de pub pour faire valoir ses propres intérêts.

Ne se suffisant pas de son statut de milliardaire en dollars, sa fortune étant évaluée à 1,3 Milliard de Dollars US, selon Forbes, acquise grâce à sa marque Sneakers en collaboration avec l’équipementier sportif Adidas et à sa marque de cosmétiques Yeezy, Kany West aspire à s’auréoler d’une référence politique à laquelle il ne semble nullement préparé tant le champ politique US est monopolisé, sans partage et depuis toujours, par les mastodontes de la politique US, les Républicains et les Démocrates,

Réputé pour ses nombreuses frasques, ce rappeur très controversé donné comme sujet à des problemes psychiatriques, est déjà rattrapé par ses positions antérieures où il avait solennellement fait part de son soutien à Donald Trump tout en ayant soutenu que les « Républicains » (allusion au parti Républicain de Trump) « avaient libéré les esclaves »; une déclaration qu’il se proposera certainement de nuancer dans le cadre des ses nouvelles ambitions politiques compte tenu du fait que la position de certains leaders de cette formation politique fait actuellement l’objet de vives critiques de la part d’une large frange des communautés afro et latino-américaines sur fond de leur ambiguïté sur les questions raciales.