Mariah Carey entretient une relation désastreuse relation avec sa grande sœur Alison Carey. Arrêtée en 2016 pour prostitution. La sœur de la diva lui avait envoyé une vidéo la suppliant de ne pas l’abandonner. Message auquel Mariah Carey n’a pas répondu. Et il n’est pas sûr qu’elle l’aide aujourd’hui qu’Alison porte plainte contre leur mère. Cette dernière aurait  abusée sexuellement de sa fille  dans des conditions aussi surprenante que choquantes.

Des agressions sexuels au milieu de la nuit lors de rituels sataniques.

Déjà en froid depuis plusieurs années, la relation entre Mariah Carey et sa sœur ainé ne risque pas de s’arranger. Désormais qu’Alison Carey porte plainte contre leur mère, Patricia, pour des abus sexuels qu’elle aurait subi étant enfant.

En effet, d’après le tabloïd The Sun, Alison. Carey, 57 ans, déclare qu’en plus des abus sexuels dont elle a été victime. Elle aurait également « été obligée de regarder les abus fait sur d’autres enfants au beau milieu de la nuit. « lors des rencontres d’un culte satanique durant lesquelles ont eu lieu des sacrifices rituels ».

Les amis de la sœur aînée de Mariah Carey insistent sur le fait qu’Alison ne cherche pas à s’approprié la fortune de sa sœur. Toutefois, elle a besoin d’argent pour payer ses soins médicaux car elle a perdu toutes ses dents.

Une plainte dont les faits font froid dans le dos.

Les détails dévoilés par The Sun sur le contenu des documents de la plainte. déposée par la sœur de Mariah Carey, auprès de la cour suprême de New York. sont aussi hallucinants qu’inquiétants: « L’accusée, mère de la plaignante, a permis et encouragé d’autres hommes, dont les identités sont pour l’instant inconnues, a se livrer à des actes de nature sexuelles comme le définit le code pénal de New York, plus précisément l’article 130.52 (attouchements forcés), et 130.65 (agression sexuel au premier degré), alors que la plaignante avait une dizaine d’année. »

« L’accusée a également forcé la plaignante à observer des adultes se livrer à des actes sexuels avec des adultes et des enfants lors de rencontres d’un culte sataniques durant lesquelles ont eu lieu des sacrifices rituels. »
« De ce fait, la plaignante a été diagnostiqué comme souffrant de syndrome de stress post-traumatique, anxiété et dépression profonde, ce qui l’a conduit à abuser de drogue légale et illégale dans le but de tenter de réprimer ses horribles souvenirs, et se soumettre à une longue thérapie intensive. »

« La plaignante demande à présent une compensation monétaire pour les immenses dommages psychologique et physique, souffrance morale et le fait de lui avoir infligé de manière volontaire une sévère détresse psychologique. »