En plein procès contre le groupe Associated Newspapers, Meghan Markle a été recadrée par le juge, qui l’a mise en garde.

Décidément, Meghan Markle se souviendra de cette journée de 5 août 2020. Un jour seulement après son 39e anniversaire, l’épouse du prince Harry est plus que jamais au cœur de l’actualité. L’ancienne actrice, qui a attaqué en justice le groupe Associated Newspapers après la publication dans le Daily Mail d’extraits d’une lettre privée envoyée à son père, est en plein procès.

La maman du petit Archie a pu vivre une première victoire ce mercredi. Le juge a en effet décidé, comme elle le souhaitait, la non-divulgation des identités de ses cinq amis anonymes qui s’étaient livrés dans les pages du magazine People pour prendre sa défense. Une victoire au goût amer cependant, puisque cette décision ne serait que provisoire.

Un avertissement du juge

Une décision prise par le juge Warby, qui a tenu à recadrer les deux parties qui s’opposent dans ce procès, très agacé par le tapage médiatique autour de cette affaire, et par conséquent des fuites dans la presse. « Il est … clair qu’aucune des deux parties n’a, jusqu’à présent, été disposée à limiter la présentation de son cas à la salle d’audience. Les deux parties ont démontré leur empressement à faire valoir les mérites de leur différend en public, en dehors de la salle d’audience et principalement dans les médias », a-t-il déclaré selon « The Mirror ».

Si la remarque a été entendue, le juge Warby ne s’est pas arrêté là, en avertissant Meghan Markle, et le groupe Associated Newspapers. « Le fait qu’une partie dépose et publie immédiatement les caractéristiques préjudiciables et partisanes de la conduite de l’autre dans les médias avant une audience n’aide certainement pas ». Avant de conclure : « Ce sera un procès avec un juge seul, pas un procès avec jury. » Le message est passé.