Roman Polanski est attaqué pour diffamation par l’actrice Charlotte Lewis, qui l’accusait de l’avoir violée quand qu’elle n’avait que 16 ans.

Les problèmes judiciaires n’en finissent pas pour Roman Polanski. Selon les informations de 20 Minutes, le réalisateur est visé par une nouvelle plainte. C’est l’actrice britannique Charlotte Lewis qui l’attaque pour diffamation, après les propos qu’il a tenus à son égard dans une interview accordée à Paris Match en décembre dernier.

 

Roman Polanski, encore une nouvelle plainte contre lui

En effet, la comédienne l’a accusé de l’avoir violée en 1982, alors qu’elle était encore mineur. Lors de cet interview, le réalisateur qualifie ces accusations de « mensonge odieux ». « Elle a porté cette accusation en 2010, quand j’étais emprisonné en Suisse, dans l’attente de la décision sur l’extradition. Elle a dû oublier que, onze ans auparavant, en 1999, (…) elle a fait une interview, où elle déclare : ‘J’étais fascinée par lui, je voulais devenir sa maîtresse’ puis ‘Je le désirais sans doute plus qu’il ne me voulait' », continuait Roman Polanski.
« C’est une interview longue et détaillée, où elle confesse par ailleurs : ‘Je ne sais plus combien d’hommes ont couché avec moi pour de l’argent. J’avais 14 ans' », répondait-il auprès de Paris Match, expliquant qu’il « faudrait interroger des psys, des scientifiques, des historiens » pour comprendre Charlotte Lewis, qu’il voulait « hors de (s)a vie ».

Quelques mois après la publication de cette interview, la comédienne de 52 ans a porté plainte pour diffamation. Elle « considère que cette interview porte atteinte à son honneur et à sa considération », explique l’entourage de l’actrice à 20 Minutes. Toujours selon nos confrères, elle souhaite se constituer partie civile auprès de Sabine Khéris, la doyenne des juges d’instruction du tribunal de Paris, et ainsi, ouvrir une information judiciaire. L’avocat de Roman Polanski a expliqué ne pas être « informé » de cette plainte et ne vouloir faire « aucun commentaire ».

 

Charlotte Lewis confesse : « J’ai beaucoup pleuré. Je me suis sentie seule »

Charlotte Lewis avait accusé Roman Polanski de l’avoir violée en plein Festival de Cannes en 2010. Elle expliquait qu’elle a été « abusée sexuellement de la pire façon possible » par le cinéaste à l’âge de 16 ans. « M. Polanski savait que je n’avais que 16 ans quand nous nous sommes rencontrés. Cela ne l’a pas empêché de me forcer dans son appartement à Paris. Tout ce que je veux, c’est que justice soit faite ».

Après ses propos, un article du journal News of the world avait été exhumé. Dans celui-ci, elle expliquait le « désirer probablement plus que lui ne (la) voulait ». « Je savais que Roman avait fait quelque chose de mal aux Etats-Unis, mais je voulais être sa maîtresse », continuait Charlotte Lewis. Des propos dont Roman Polanski se sert pour se défendre. En décembre dernier dans les colonnes de L’Obs, l’actrice confiait : « Je n’aurais jamais dû parler. J’aurais juste dû la fermer. Parce que je n’avais pas pensé à tout ce qui allait arriver. D’ailleurs, J’ai beaucoup pleuré. Je me suis sentie seule. »