Soupçons de conflit d’interêt autour de deux fondations caritatives dirigées par l’ex-Prince Harry et Meghan Merkle

La presse britannique s’est faite l’écho, dans la soirée du lundi 20 juillet, d’un « scandale » qui met en cause l’ex-Prince Harry et son épouse Meghan Merkle.

Vivant au rythme de nombreuses affaires ayant mis à rude épreuve une sérénité de façade, la famille des Windsor peine à se relever de l’affaire de présumés « abus sexuels » prêtés au Prince Andrew dans la foulée du « scandale Epstein », le milliardaire américain accusé d’avoir géré un réseau international de prostitution au service de VIP, ou encore des révélations faites par le tabloïd londonien « Daily Mail » qui avait éventé un vieux rapport FBI sur l’oncle du Prince Philip, Lord Mounbatten, tué par l’IRA (Irish Républican Army), en août 1979, lequel a été décrit comme une personne « perverse » à la vie dissolue.

Et voila qu’un groupe républicain et anti-monarchiste britannique révèle un « conflit d’intérêt » et une « utilisation inappropriée de fonds » qui impliquerait deux organisations caritatives, «  Sussex Royal » et « Royal Foundation », dirigées par le Duc et la Duchesse de Cambridge.

Le chef de ce groupe a, en effet, annoncé son intention de déposer une plainte contre ces deux sociétés de bienfaisance sous le prétexte qu’elles enfreignent les règles et les lois régissant le domaine caritatif, allant même jusqu’à taxer leurs dirigeants, entendez par là Harry et Meghan’ d’œuvrer uniquement pour leurs intérêts personnels.

Il évoque, à cet égard, un jeu de rôles auxquels se livreraient « Sussex Royal » et « Royal Foundation » à travers des opérations de transfert de subventions financières entre elles ainsi que vers « Travalyst », une organisation se disant à but non lucratif, fondée par l’ex-Prince Harry, dans le cadre d’un projet fédérateur regroupant des géants de l’industrie du voyage, tels Booking, Skyscanner, Tripadvisor et Visa.

Les prémisses de ce « scandale » sont apparues quand le Prince Harry qui avait abandonné son titre de Prince et son épouse, avaient annoncé, fin mars 2020, le retrait de leurs noms du compte Instagram de la « Sussex Royal », omettant au passage de parler du site de cette entité caritative qui était déjà suspendu.

La décision du retrait du couple princier semblait, à priori, s’inscrire dans l’élan de la décision de la Reine qui avait décidé de déposséder cette société de bienfaisance du label « Royal » compte tenu, de ce qui se disait à l’époque, de l’abandon du titre princier par Harry.

Mais avec le recul, il semblerait que cela soit d’abord lié aux « pratiques » de ces deux organisations caritatives qui, si elles étaient ébruitées, terniraient l’image de la royauté en Grande Bretagne.

Encore une fois, le mauvais sort semble s’acharner sur le fils de Lady Di qui était déjà en train de vivre une mauvaise passe en Californie où il serait déchiré entre l’envie de retourner auprès des siens après les rudes épreuves vécues lors de la crise printanière du Covid-19, et son amour pour Meghan Merkle qui fait tout pour le fixer définitivement aux États Unis, alors qu’elle aspire, de son côté, à se replonger de nouveau dans la carrière d’actrice.